Comment venir au CRIé ?

Les GPS égarent régulièrement nos visiteurs. Suivez les indications ci-dessous ou encodez les coordonnées GPS suivantes : Lat 50.466711 - Long 3.672824

En venant de Tournai (E42), prendre la sortie 27 «Bernissart» puis à droite en direction d’Harchies. 

En venant de Mons (E42), prendre la sortie 27 «Bernissart» puis à gauche en direction d’Harchies.

Au rond-point, suivre les panneaux bruns « CRIE d’Harchies ». Après avoir passé un petit pont de fer au-dessus du canal, (à votre droite se trouve la ferme Dubois avec sa girouette en forme d’iguanodon), rouler 400 mètres et tourner à gauche vers le centre  sportif du préau. Prendre la route à droite pour passer devant le camping. Rouler 800 mètres . Le CRIé se trouve à gauche et le parking  à droite de la route.

Quelles sont les heures d'ouverture du CRIé ?

Le Centre Régional d’Initiation à l’Environnement d’Harchies (CRIé) est accessible du lundi au vendredi de 9h à 16h. Le week-end, le CRIé est ouvert uniquement en cas d'activités (voir notre programme).

Peut-on visiter librement les marais ?

Les marais d’Harchies sont libres d’accès tous les jours de la semaine du lever au coucher du soleil.

Les groupes de plus de 8 personnes sont tenus de contacter le CRIE d’Harchies – 069/58 11 72 - pour prévenir de leur venue et voir si cette sortie n’occasionne pas de problème.

Le CRIE organise également des visites régulières des marais le premier samedi du mois de 9h à 12h et le troisième samedi du mois de 13h30 à 16h30 (pour les modalités voir le bas de la page d'accueil)

Les sentiers sont-ils praticables ?

Par temps sec, les chemins sont accessibles à tous (PMR et poussettes). Noté toutefois que le sol est en terre battue et donc présente un relief irrégulier.

Par temps de pluie, les chemins peuvent être boueux et ne conviennent pas aux PMR et aux poussettes mais ils peuvent être empruntés facilement avec de bonnes chaussures de marche. 

Que peut-on observer dans les marais ? 

Pour connaître la faune et l'histoire des marais d'Harchies : www.oiseauxmaraisdharchies.be

Pour connaître les dernières observations du site : www.observations.be

Si vous souhaitez recevoir la chronique « Nouvelles ornithologiques des marais d’Harchies » qui paraît tous les deux mois, il vous suffit de contacter la section Aves-Mons-Tournai : mons.tournai(at)aves.be 

Combien de kilomètres fait le tour complet des marais ?

Le parcours fait  6,5 km et comporte 7 observatoires. Vous pouvez télécharger le plan ici. 

Peut-on venir avec son chien ?

Les chiens sont autorisés mais uniquement s’ils sont tenus en laisse. 

A qui doit-on s'adresser pour venir dans les marais avec un groupe de marche ?

La demande est à introduire auprès du Comité de gestion auprès de Mr Thierry Paternoster - 069/55 34 67 - thierry.paternoster(at)spw.wallonie.be. 

Comment réserver une activité au CRIé ?

Pour s’inscrire à une activité au CRIé, voici les étapes à suivre :

1.       Rendez-vous sur l’agenda en ligne du CRIE : crieharchies.fikket.com.

2.       Choisissez l’activité désirée.

3.       Cliquez sur l’onglet « Réservez ».

4.       Complétez les données en terminant par « Confirmer ».

Vous recevrez automatiquement un mail de confirmation ainsi que les coordonnées bancaires pour pouvoir effectuer le paiement de votre inscription.

Si une activité est déjà complète, vous pouvez nous contacter par téléphone – 069/58 11 72 – ou par mail – crie.harchies(at)natagora.be – en nous laissant vos coordonnées afin de pouvoir vous contacter en cas de place disponible. 

Peut-on se restaurer sur place ?

Il n’y a pas de possibilités de se restaurer au sein du CRIE. Toutefois,  vous trouverez dans l’entité :

-     Boulangerie « A la bonne renommée » - sandwiches garnis
Rue de Stambruges, 37 à  7321 Bernissart (Harchies) – 069/57 61 88
Fermeture : le mardi.

-          Restaurant « Au Moulin » (menu du jour et à la carte)
Chaussée Belle-Vue, 41/1 à 7322 Ville-Pommeroeul
Tél/fax : 065/45 01 91 -
www.au-moulin.be
Fermeture : le mercredi.

-          Restaurant « La table des marais »
Chaussée Brunehault, 45 à 7321 Harchies – 069/56 04 66

Où peut-on se loger ?

A quelques centaines de mètre du CRIE vous trouverez :

-         Les gîtes des SartisRue des Sartis, 1 à 7321 Harchies - 069/56 28 48 – 0473/44 87 50 - esgitesdessartis@skynet.be - www.lesgitesdessartis.be

-          Camping municipal "Le Préau" **

Rue du Préau, 1C à 7321 Bernissart

Le camping est ouvert du 1er avril au 31 octobre.

Personne de contact : Doriane LO PRESTI (Administration communale, durant les heures de bureau) -  069/59 00 69 -  doriane.lopresti@bernissart.be

-          La Garde des Ablais – Maison et table d’hôte - Rue de la Garde, 1 à 7322 Ville-Pommeroeul - 0476/21 21 46-  contact(at)lagardedesablais.be - www.lagardedesablais.be 

-          Ferme Lenfant - Rue des Oies, 3B à 7322 Pommeroeul (Bernissart) - 065/ 62 31 64 -  0477/410 971 -  christianenys(at)yahoo.fr - www.fermelenfant.com

       Gîte le Carpe DiemRue d'en Bas, 17 à 7322 Ville-Pommeroeul (Bernissart) - 0475/81 24 63 -  db.secur(at)belgacom.net 

-          Relais du Fayt – Grand gîte (24 lits) - Rue Sablière, 12 à 7973 Grandglise - 068/28 09 09 – secretariat(at)an-ath.be 

Que faire si je trouve un oiseau blessé ?

-          Avant tout : gardez votre calme !

-          Vérifiez que l’oiseau est bien blessé (aile pendante, trace de saignement, impossibilité de se tenir sur ses pattes).

-          Protégez-vous !  Faites bien attention aux serres des rapaces et aux coups de bec des échassiers. Utilisez des gants et soyez vigilant aux mouvements de votre tête et de celle de l’oiseau !

-          Capturez-le avec prudence, précautions et sans précipitation, à l’aide d’un tissu épais (serviette, vêtement...). Dans l’obscurité, l’oiseau se calmera.

-     Maintenez-lui les ailes collées au corps et la tête cachée.

-     Ne jamais bloquer ou fermer le bec d’un oiseau avec un élastique ou du ruban adhésif.

-          Veillez à ne jamais l’exhiber : ce stress supplémentaire risquerait d’aggraver son état.

-          Ne lui donnez ni à manger ni à boire. Vous risqueriez de l’étouffer ou de lui donner une nourriture inadaptée.

-          Placez-le dans un carton : ne le mettez pas en cage, il risquerait de se blesser davantage.
Pour le carton, choisissez un modèle adapté à la taille de l’oiseau (évitez un modèle trop grand dans lequel l’oiseau sera ballotté pendant le transport). Percez quelques trous pour l’aération (évitez les ouvertures trop grandes) et tapissez le fond avec du papier journal. Pensez à bien refermer le carton !

-          Isolez-le en attendant de le transférer vers une structure habilitée. Placez-le au calme dans une pièce tempérée (18°C). 

Pour connaître le Centre de Revalidation le plus proche de chez vous, contactez la LRBPO (Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux) au 32 (0)2 521 28 50.

Que faire si un oiseau s'est  cogné contre une vitre ?

Vérifiez que l’oiseau est encore vivant et simplement sonné.

Prenez-le délicatement et mettez-le dans une boîte en carton dans laquelle vous aurez percés quelques petits trous pour l’aération. Veillez à bien refermer la boîte et à la mettre dans un endroit calme et pas trop chaud jusqu’à ce que l’oiseau reprenne ses esprits. Une fois que ce dernier sera remis de sa mésaventure, relâchez-le.

Si l’oiseau est blessé, contactez le Centre de Revalidation le plus proche de chez vous et référez-vous au point "que faire si je trouve un oiseau blessé ?"

Que faire si un oisillon est tombé du nid ?

Ne le ramassez pas !

N'étant pas abandonnés, il est souvent préférable voire indispensable de les laisser sur place.

Avec l'arrivée du printemps, de nombreux oisillons peuvent tomber du nid. Pourtant, ils ne sont que très rarement abandonnés. Sauf risque avéré comme la proximité d'une route fréquentée ou d'un chat à l'affût, il est préférable de les laisser sur le lieu de leur découverte. Leurs parents se trouvent généralement à proximité même si on ne les voit pas.

Voici quelques conseils pour les aider à survivre dans leur milieu naturel.

Les oisillons sont rarement orphelins !

Chaque année à partir du mois d'avril et jusque fin septembre, les nichées de jeunes oiseaux commencent à mettre le nez dehors. Pour un oisillon, tomber du nid fait partie des aléas de la vie d'oiseau ! Il n'est pas rare qu'un petit téméraire s'aventure rapidement hors du nid : les jeunes de plusieurs espèces, telles que les chouettes, les grives, les merles ou les canards colvert, quittent régulièrement le nid sans savoir voler, en essayant de suivre leurs parents qui cherchent des aliments. Ils se retrouvent alors au sol où nous sommes susceptibles de les trouver. Parce qu'ils poussent de petits cris plaintifs, on peut croire qu'ils ont été abandonnés. En réalité, les parents se trouvent la plupart du temps aux alentours, à la recherche de nourriture.

Laisser l'oisillon sur son lieu de découverte

De manière générale, il est préférable voire indispensable de laisser un oisillon tombé du nid là où il a été trouvé. Il vaut mieux laisser faire ses parents, qui le nourriront et le guideront à quelques jours de son premier envol. Si l'oisillon se trouve en un lieu particulièrement exposé (chats, routes), il est préférable de le mettre en sûreté, en hauteur (sur une branche, un muret ou un buisson) et à proximité de l'endroit où il a été recueilli. Les oisillons en duvet ou peu emplumés, tombés du nid bien trop tôt, doivent être replacés dans leur nid si ce dernier est intact.

Toutefois, si un oiseau est blessé, afin d'éviter tout geste irréparable, il est indispensable de contacter le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage le plus proche.

Après l'avoir recueilli, il devra être acheminé vers un centre habilité : la plupart des oisillons sauvages sont intégralement protégés par la loi et leur détention est rigoureusement interdite.

Quelques astuces pour faciliter la nidification des oiseaux

La saison de nidification (qui dure de mars à août) est la période où beaucoup d'oiseaux commencent à se reproduire. Pour éviter de les perturber dans ce moment important, quelques conseils simples peuvent être suivis :

·         Ne pas tailler les haies et les arbres en saison de nidification : cela pourrait déranger les couples en cours d'installation. Reporter ses travaux à l'automne suivant ou, si cela n'est pas possible, procéder à une taille douce en surface des arbres avec un taille-haie mécanique ou un sécateur (le bruit des appareils électriques pourrait faire peur aux oiseaux !).

·         Observer son jardin et surveiller ses aménagements : par exemple, penser à vérifier régulièrement les nichoirs en bois (fixation, bonne tenue), lesquels peuvent être fragilisés par les aléas climatiques et causer des accidents. En cas d'absence de nichoir, le mieux est d'en installer un. La nichée d'un couple sera un spectacle saisissant tous les jours !

·         Obturer les cavités pièges : de nombreuses espèces qui cherchent des cavités pour nicher peuvent pénétrer ou tomber dans des cheminées ou des gouttières sans pouvoir en ressortir seuls. Elles sont alors condamnées à mort de faim ou d'épuisement… Pour éviter cela, l'accès à ces ouvertures peut être facilement obturé grâce à des grilles !